Entre les lignes, derrière le clavier…

 

c’est moi, Pidjay !

Ma vie étant un véritable roman dont je suis le Super-héros – “Mégalo-Man” (vous connaissez certainement), j’ai décidé d’en distiller quelques gouttes enivrantes, au travers de ce blog extraordinaire (c’est pas un avis de lecteur, c’est juste auto-proclamé) !

 

Et pour me présenter, voici un petit J’aime / J’aime pas…


J’aime :
“qu’un plan se déroule sans accrocs”, les voyages, les livres, les sorties, les restos, le ciné, mes potes, ma famille, le ski (ma drogue c’est l’oxygène), le ju-jitsu (“j’aime me battre”), le yoga, la plongée (ma drogue, c’est l’azote), l’improvisation théâtrale (j’ai pris des cours…), rencontrer des gens, échanger, discuter , les ambiances d’aéroport (surtout avant un vol long courrier) et donc prendre l’avion, faire du bateau, les bords de mer (ma drogue, c’est l’iode), comprendre, apprendre, me balader, discuter, rire, pleurer de rire, m’étonner, surprendre, découvrir, dire “j’ai rien compris du tout” juste pour le plaisir de faire répéter et de voir l’air exaspéré de la personne en face, dire le contraire de ce que je pense juste pour provoquer, les Bandas, la chaîne “Voyage”, la philosophie de comptoir (et plus on boit, plus on est philosophe !), parler vite puis répéter leeeenteeeeeemeeeeent ce que j’ai dit, tenir mes promesses, me taper un gros fou-rire en pensant à un truc débile, vivre…
Mais aussi : manger, cuisiner, les livres de recettes de cuisine (pourquoi c’est toujours mieux présenté que le résultat obtenu?), boire du bon vin, du rhum (qu’il soit arrangé, en Mojito ou en Pina Colada), du cognac, pic-niquer sur les quais de Bordeaux ou au Cap-Ferret (selon l’humeur…), les olives et les noix de cajou à l’apéritif (et les petits fours de Monsieur Picard), les tapas, les antipastis, la cuisine au barbecue (et à la plancha, c’est pas mal aussi), le chocolat, la noix de coco, les blagues à prendre au second degré…

Sans oublier : ma ville (Bordeaux) ses environs et ma région, “regarder les filles qui marchent sur la plage”, écouter mon i-phone (j’ai une petite sélection de daubes musicales assez fantastique!), l’odeur de la terre chaude juste après l’orage d’été, faire du shopping, marcher pieds nus (bon, le problème c’est que maintenant ça fait “Bobo”…), penser à un truc complètement débile et le dire pour voir les réactions, les motards qui remercient avec le pied quand on les laisse passer, les gens qui se prennent très au sérieux car ils ne saisissent pas le second degré.

ça ne serait pas complet si j’oubliais : prendre des photos, danser, chanter, et pas que sous la douche ou dans ma voiture (j’ai pris des cours…), faire de l'”air-batterie” ou de l’air-guitare” dans ma voiture au feu rouge (et me taper un gros phare quand je prends conscience que les passagers de la voiture à côté me regardent, l’air pantois…), le son du Ukulélé (surtout sous un ciel étoilé, allongé sur un ponton au dessus du lagon de Bora-Bora) et celui du steel drum, envoyer des SMS pour dire que je suis à la plage alors que le destinataire est à Paris (dans le métro en grève…), les tenues féminines de l’été et l’auto-dérision !
Et finalement j’aime aussi écrire (mais c’est peut être laborieux à lire, surtout ce genre de liste à la Prévert) et surtout toi, ami lecteur qui vient sur mon blog…

 

Par contre, j’aime pas du tout :
monter ou descendre des escalators qui ne marchent pas, ne pas réussir à éternuer alors que j’étais sur le point de (et que le nez gratte!), me taper le petit doigt de pied contre un angle, me faire chambrer si je ne peux pas charrier, la Tektonik, les jeans slim, ce *** de cheveu blanc à côté de mon oreille (et y’en a pas qu’un…), faire mes bagages (je ne sais jamais quoi prendre).

Ce qui n’est pas chouette non plus, c’est quand on te dit “je te rappelle” (parce que c’est pas vrai, elle rappelle jamais !!!), ou “mieux” encore le très célèbre “je préfère qu’on reste amis” (c’est ça, ouais!), être pris pour un c*n, le saxophone (alors, ça j’arrive pas à expliquer), dé-faire mes bagages (parce que ça veut dire que le voyage est fini).
Dans la série “trucs horribles” : ne pas réussir à m’endormir, sortir du lit le matin, me réveiller en pleine nuit avec un crampe dans la cuisse, quand on me parle avec un regard fuyant, quand on me serre la main sans vigueur et surtout avec des mains moites (baaaah, les mains moites…), me coucher tôt le soir (de toutes façons, j’y arrive jamais !).

Et puisque d’après Sartre, “l’enfer c’est les autres”, je suis pour euthanasier ceux qui prennent l’ascenseur pour descendre 1 étage (tu peux pas prendre les escaliers, feignasse !), les gens qui sont persuadés d’avoir raison (surtout quand J’AI raison), ceux qui roulent à 20 km/h en ville et qui passent juste entre l’orange et le rouge (donc qui accélèrent au dernier moment) m’obligeant à m’arrêter (ben oui, c’est malin, le feu est rouge vif! C’est dingue : j’en ai encore eu un aujourd’hui !), le conducteur qui colle l’ambulance (ou les pompiers) pour doubler tout le monde (et qui n’a aucun rapport avec le problème), ceux qui disent “la guerre c’est pas bien et la paix c’est mieux” (et qui seraient prêt à lancer une guerre nucléaire contre leur voisin, juste parce qu’il s’est trompé de sonnette… oui, mais en même temps il était 4h du matin et j’avais un peu bu… quoi, c’est pas une raison?), sans oublier ceux qui m’ont piqué les 4 jantes de ma voiture (retrouvée un lundi matin sur 3 parpaings… pas facile pour aller au boulot!), celui (ou celle) dont le chien a lâché une grosse mine sur le trottoir (qui attire inexorablement mon pied en général), les gamins qu’on ne connaît pas et qui crient sur la plage à 2 mètres alors qu’il n’y a personne à 200 mètres à la ronde, ce gros *** de **** et cette *** de **** qu’ils aillent griller en enfer (!), les rancuniers, les gens qui sont intolérants et qui ne pensent pas comme moi, les chauvins, les mégalos, les manipulateurs (-trices)…

Retour au sommaire

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*