Marathon Photo à Bordeaux

 

Bonjour Ami Lecteur,

Les 4 et 5 octobre derniers, j’ai effectué mon premier marathon !
J’aime bien le présenter comme ça, car en “grand” sportif que je suis (heuuuu, non pas là, non) ça me permet de m’amuser des regards étonnés de mon entourage !

Bon, c’est vrai, ce marathon était d’un genre un peu particulier : organisé par la FNAC, il ne s’agissait pas de courir les 42 kms (et des poussières) traditionnels, mais de parcourir la ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco, armé d’un appareil photo afin d’illustrer des thèmes imposés, dans quartiers bien précis.

Retour donc sur un week end un peu particulier…

Samedi 8h00 : La radio se met en marche et déverse son flot d’informations matinales. C’est dur! Non pas le fait que la crise financière semble inéluctable, mais plutôt parce que la semaine a été assez chargée en boulot (et en sorties). Je sacrifie donc la traditionnelle grasse matinée pour me rendre à la Fnac, le rendez-vous étant fixé à 9h30.
Je retrouve mon binôme, ainsi que les autres amis avec qui nous nous sommes inscrits, au milieu d’une foule importante, amassée devant les portes du magasin.
Nous récupérons le pack du marathonien constitué d’un sac à dos en coton-brut-couleur-orange (plus alter-mondialiste tu meures), un plan de la ville, une feuille de route (détaillant les quartiers et les lieux de déchargement des photos), un ticket de tram pour les deux jours, un stylo, une superbe casquette blanche et un magnifique t-shirt manches longues rouge !
Chacun enfile alors le T-shirt par dessus ses autres vêtements (on est classe, quand il fait froid) : l’armée rouge est en place en ce début d’octobre !

Nous devons attendre jusqu’à 11h… Heureusement le magasin ouvre ses portes à 10h(ils sont malins à la Fnac !), direction prise : le rayon BD !

11h arrive, avec le responsable de la Culture de la Mairie, Dominique Ducassou qui annonce le premier thème : “Les places de Bordeaux”.
Notre terrain de jeu : le quartier des Chartrons et Bacalan (la partie Nord de Bordeaux).
Nous commençons tranquillement par prendre un petit déjeuner tous les 6, chez Karl, place du Parlement (vu que c’est une place, certains posent déjà trépieds et matériel reflex plutôt performant), avant de s’approprier les places de la ville. Ce qui est frustrant, c’est de prendre un léger et rapide petit déjeuner, alors que les brunchs de chez Karl sont franchement super : bien garnis, complets et trop bons ; mais bon, il faut se rendre à l’évidence : si la gourmandise est manifeste, le temps nous manque…
Nous discutons peu du thème, chaque équipe ayant peur de laisser filtrer quelque idée que pourrait récupérer les concurrents ! Puis nous vérifions notre matériel et prenons chacun la direction de notre périmètre de jeu, avec comme objectif de se retrouver pour déjeuner ensemble.

Les “places de Bordeaux”… tu parles d’un thème…Whooo, j’ai pas d’inspiration, là…
Bon, tant pis, nous marchons, discutons, restons en éveil dans notre marche en s’aidant du plan pour trouver les places du quartier.
Nos pas nous guident au hasard : de la place du marché des Chartrons,à la place Paul Doumer, en passant par la Place Picard (hé, on a une statue de la liberté à Bordeaux !).


Nous croisons d’autres t-shirts rouges. Certains n’hésitent pas à prendre des poubelles en photo et à mettre en scène le matériel urbain.

L’appareil, devenu extension naturelle de la main, est constamment à l’affût, toujours prêt à capturer l’Idée ! (qui ne vient pas)

Mais les 3 heures imparties passent vite (très). Nous nous rendons alors au restaurant “les Docks”, sur les quais, pour y donner nos deux clichés préférés (ou plutôt nos deux clichés par dépit) et récupérer le nouveau thème :”Joie de Ville”.
Et pour illustrer ce thème le joyeux quartier de la Bastide!
Alors là, je sens qu’on va rigoler…

Nous prenons juste le temps de faire une petite pause déjeuner… un coup de fil rapide :
– Allo? ça y est !On a déchargé les photos! On se retrouve place de la Bourse?
– Alors là, nous on les rend et on vous y retrouve après. La fille à qui on a remis nos clichés nous a dit qu’aux vues de nos clichés, ils allaient probablement arrêter le concours, car ils ont trouvé l’équipe gagnante !
– Ah bon? Nous, elle a bien rigolé en les voyant… et elle a même ajouté : “eh bien, c’est pas gagné”
– Visiblement pour les autres, elle leur a dit qu’ils faisaient honte à la ville et aux organisateurs avec de tels clichés.
– Bon, sérieusement, vous êtes là à quelle heure?

Finalement, on n’a pas mangé ensemble…

La Bastide, donc ! Honnêtement, je ne connais pas grand chose de ce quartier, sauf qu’on y trouve un cinéma, deux bars sympa à côté et quelques restos en bord de Garonne très agréables pour leur carte et leur vue.
Ah, et aussi : j’ai des copains qui résident rive droite !
Pour nous y rendre, et donc franchir les eaux “limpides” (boueuses) de la Garonne, nous prenons le tram.

J’ai enfin pu prendre le tramway bordelais ! Quelle sensation exquise de se mélanger ainsi à la plèbe bordelaise et de longer, au rythme régulier des tintements de cloche, les quais de la cité de Montaigne.
Installés fièrement dans la rame, les yeux ouverts, avides de découvertes, nous passons d’une rive à l’autre de la Garonne via le “pont de pierre”.
Superbe, mais gracile, trait d’union au dessus du fleuve large et tumultueux, spectateur privilégié des réguliers mascarets, chacun de ses 17 pieds porte fièrement un médaillon blanc. Que renferme ces médaillons? Chacune des lettres formant le nom de l’Aigle Corse, l’Empereur Napoléon Bonaparte!
Nous rejoignons ainsi un Bordeaux plus méconnu: celui de la rive droite, le quartier de la Bastide.
(j’ai lu du Jean D’Ormesson récemment, je ressens une vague influence dans mes tournures de phrases…)



Nous descendons Place Stalingrad, gardée par un gros lion bleu, et le temps de flâner dans le labyrinthe des petites rues, nous passons par jardin botanique, puis par les quais, avant de nous rendre à l’Estaquade, restaurant sur pilotis, au dessus de la Garonne face à la place de la bourse, pour y remettre nos deux (pauvres) clichés.
Hey, je ne savais pas qu’on pouvait faire du jet-ski sur la Garonne :


Encore une fois : pas d’inspiration ! Mais au moins la ballade était sympa : le jardin est très beau, paysagé, avec de grans plans d’eau et encore quelques essences de fleurs.


Quand à la promenade le long du fleuve elle nous permet de découvrir les façades blondes cachées derrière les roseaux.

Une fois les photos remises, nous récupérons le dernier thème de la journée… attention, suspens… La Faune en Ville !

Pffffff, c’est de mieux en mieux !
Me vient une idée : photographier les ados en jean slim, fashion  (Burburry le plus souvent) et toutes mèches ébouriffées  (en général donnant un look général assez improbable) qui fleurissent le samedi aux terrasses des cafés… de magnifiques petits clones !

Finalement, nous partons acheter un poisson rouge, “Bubulle”, que nous amenons en ballade du miroir d’eau au jardin public, en passant par la colonne des Girondins (témoin historique sur la plus grande place d’Europe – éh oui – la place des Quinconces), Bubulle fait de nouvelles rencontres, assez improbables, comme ici : Bubulle avec les coins-coins :


Le temps s’arrête face à la sublime place de la bourse où la blondeur des pierres met en évidence la finesse des sculptures du 18è. En ce début de soirée d’automne, les pierres blanches deviennent orangées, mises en flammes par les derniers rayons, que le jour, dans une vaine lutte, arrache au soleil couchant.
Face à elle, sur les quais, le miroir d’eau reflète fièrement les formes colorées des bâtiments et de la fontaine des Trois Grâces.
Des enfants insouciants batifolent dans la fine épaisseur d’eau, sous le regard amusé des parents.
(j’ai pas fini le livre de d’Ormesson…)


En résumé : nous laissons Bubulle dans sa poche et le prenons sous tous les angles, au grand étonnement des passants.
En quittant l’endroit, pour rendre les photos au magasin directement, des concurrents directs arrivent avec exactement la même idée que nous !
Je suis un peu blasé, là !

C’était le dernier thème de la journée…
Mais pour ne pas en rester là nous décidons de nous retrouver pour dîner ensemble… juste le temps de poser les affaires, prendre une douche, il faut déjà repartir !
Tous les restos sont pleins : faute d’avoir réservé, nous essuyons les refus. Le Ragazzi de Peppone sur les quais nous accueille… Nous dînons… il est 22h : la fatigue nous emporte… demain, ça va être chaud de se lever !

Dimanche 8h30 : Le réveil sonne. C’est hyper dur ! Si ce n’est déjà pas facile de quitter son lit le matin en semaine (pour aller au boulot), là, c’est limite une torture !
J’en connais qui ont fait des génocides pour moins que ça !!!
Je sacrifie donc l’autre traditionnelle grasse matinée pour retourner à la Fnac.
Personne dans les rues de Bordeaux : c’est désert, silencieux.
il fait beau, il fait froid.
C’est sympa : les organisateurs ont prévu un énorme petit déjeuner : café, croissants, chocolatines, jus de pomme…
Ce qui fait plaisir : tout le monde a l’air d’avoir la tête dans le c… enfin, a l’air bien fatigué !
Ce qui fait moins plaisir : le nouveau thème : “les couleurs de Bordeaux”.

Et hop, on repart : de la Grosse Cloche, à Saint Michel, des Capucins à Mériadeck, rien n’y fait : c’est le trou noir ! Pas d’idée, rien, niet, nada… trois heures à marcher dans pleins de quartiers… mais comment illustrer les “couleurs de Bordeaux”???
Contre-pied? une photo en sépia ou en noir et blanc?
On croise des groupes qui prennent en photo du raisin, des verres de vins, un rainbow-flag, des cannelés, des feuilles, les vitraux de la cathédrale St Andrée… certains illustrent aussi le côté multiracial de Bordeaux !

Et moi, dans tout ça, je cristallise quoi? Les couleurs des lignes de tram sur un plan, les drapeaux sur la mairie (plus lèche-botte, y’a pas… et c’est pourtant celle que je rendrais… j’ai honte!), les échoppes, les bouteilles de vin, les chocolatines… ?

Au terme de ces put*** de 3 heures bien frustrantes (non, je ne suis pas énervé DU TOUT !), tous les concurrents se retrouvent à la mairie pour remettre les deux derniers clichés. Quelques petits fours et verres accueillent les marathoniens et chacun reçoit un beau diplôme de participation.
Nous prenons ainsi le temps de discuter avec les organisateurs (super sympas… ah oui, je l’ai déjà dit) : “pas toujours faciles les thèmes”, “sympa le découpage par quartier”, “pourquoi avoir choisi octobre?”, “et pourquoi pas un thème nocturne l’an prochain?”…

Dimanche 13 heures : la mairie se vide et les brasseries de la place Pey Berland se remplissent… Ainsi, pour conclure ce périple, nous nous régalons tous les 6, attablés en terrasse sous le soleil chaleureux d’octobre… Et de faire durer ce repas une bonne partie de l’après midi.

C’est avec des week ends comme celui-ci que je me dis : vivement lundi, que j’aille me reposer au boulot…
(heuu, si tu es ma chef et que tu lis ce billet, c’est une blague ! Mais bon, je ne m’en fais pas , je sais que tu comprends le second degré, hein? Siiiii)

Avec du recul, ce fut un super week-end et une belle occasion de parcourir Bordeaux différemment… La ville est quand même super photogénique (mais non, je ne suis pas chauvin!), mais avec les thèmes, ça complique un peu la ballade ! Et en plus, on s’est quand même bien marré, même si je n’ai plus pu marcher pendant 2 jours…
J’ai même croisé un de mes anciens chargé de TD (Stéphane, si tu lis cette page… ça me fait plaisir!).
Seul bémol… nous n’avons pas gagné et nous ne sommes pas dans la sélection des 50 photos qui seront exposées place Jean Moulin. Quelle déception !
Mais bon on se refera l’année prochaine : rendez-vous pris pour le premier week-end d’octobre.

Et pour voir les photos de tout le monde, sur le site de la mairie de Bordeaux :
http://www.bordeaux.fr/ebx/portals/ebx.portal?_nfpb=true&_pageLabel=pgSomRub11&classofcontent=sommaire&id=8439

Retour au sommaire

 

1 commentaire

  1. Bonjour et félicitations, vous entrez dans la grande famille des carnettistes d’Over-Blog, il est super votre blog et c’est avec plaisir que je l’accueille dans la communauté des carnets de voyages que vous pourrez rajouter aux communautés auxquelles vous appartenez, puisque vos articles peuvent intéresser de nombreux internautes, tant par l’attrait de vos travaux, que leur variété . Je vous y souhaite donc la bienvenue et vous félicite pour l’intérêt de votre journal en ligne . Je ne doute pas que par la constance de vos publications et leur bon niveau, vous participerez avec succès à la marche en avant de cette communauté dont nous constatons avec plaisir qu’elle est en train de devenir une référence, au-delà même de la plateforme d’Over-Blog . Alors maintenant à vos articles, objectifs, stylos et crayons, pour nous offrir avec toujours plus de talent votre contribution à la connaissance de la beauté et des richesses sans frontières, n’hésitez pas à publier avec nous souvent, et je sais que vos articles seront appréciés des visiteurs de la communauté . Bien cordialement, Alain MARC d’Aquarelle-en-voyage.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.