Des Symboles et des Hommes : La croix gammée, ça va Stika ?

Bonjour ami lecteur,

 

Bali est une île pleine de mystères, de légendes surprenantes (à lire ici, ou encore ) et ponctuée de symboles tout aussi surprenants : ornant les temples et les lieux sacrés, une représentation en forme de croix attire particulièrement l’œil et peut étonner -ou choquer – à première vue les touristes Européens non initiés : le Svastika (ou swastika) !

Omniprésente, la fameuse croix gammée hindoue est un symbole de bon augure désignant l’éternité et la bonne fortune, puisqu’il porte intrinsèquement chance : étymologiquement, il est composé des mots sanskrits “Su” (“Bon”) et “Asti” (“Cela est”) – donc, associé au suffixe « ka », cela signifie « bien être », « bonne santé » ou encore « bonne fortune ».

Tirta Empul temple - Svastika
Sur cette photo se cachent des svastika, saurez-vous les retrouver ?

 

Ce qui est étonnant (outre le mauvais jeu de mot du titre de l’article), c’est qu’on le retrouve un peu partout autour du monde, aussi bien dans l’art chrétien, que Maya, en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie donc, mais aussi en Océanie aussi ; c’est donc un véritable symbole universel.

Dans la culture hindoue, cette croix symbolise l’éternité entant que « Samsara », le cercle de la réincarnation : chaque bras de la croix représente un Dieu hindou, ainsi qu’une étape de la vie ; On né Brahma (le créateur), on vit Vishnu (le conservateur et protecteur), on meurt Shiva (le destructeur ou transformateur). La 4ème branche de la croix complète le tout et relance la dynamique du cycle !

Ce cycle, révèle que…

« Des mystères encore insondables
Nous attendent à chaque aube nouvelle.
Mais de jours en semaines,
Le soleil entraîne
Toutes créatures en un cycle éternel.

C’est le cercle de la vie !
Celui qui nous mène
A travers l’espoir,
Douleur à joie !
Jusqu’au jour enfin,
Où l’on trouve sa place !
Dans le cercle,
Le cercle de la vie »

 

En schématisant donc à outrance, le cycle des réincarnations, c’est un peu le Roi Lion « le cercle de la vie » !

Oui, je sais : il est clair que le raccourci peut surprendre, mais bon dans un contexte mondialisé, c’est toujours amusant de confronter et mélanger un peu les cultures (et surtout, je n’avais que ça comme référence pour expliquer le concept !).

 

Car dans la philosophie indoue tout ce qui est créé est détruit dans le but d’être recréé de nouveau.

Et plus on a fait du bien dans ses vies antérieures et dans sa vie actuelle, plus on augmente la possibilité d’être réincarné en Homme fortuné, beau, sage et avec la bonne santé et une belle femme, des beaux enfants (une belle maison, une belle voiture, une belle-mère sympa…).

Enfin bref, vous voyez le tableau…

A contrario, plus on fait de mauvaises actions, plus la sentence est lourde ! Et là, c’est le drame, car dans les cas les plus extrêmes on peut se retrouver réincarné en animal, voire même en plante ou en légume (franchement, j’aurais les boules de me faire réincarner en concombre, en courge, en quinoa ou en gland !).

Sans compter que pour ce qui est de faire des bonnes actions quand on est un végétal, ça devient moins évident !

Quoiqu’avec un peu de recul, j’ai l’impression que les activités des plantes ont eu un impact plus positif à la planète que celles des Hommes…

Calvin and Hobbes
“Calvin and Hobbes – Bill Waterson”

 

Une hiérarchie est ainsi définie pour ces 3 êtres vivants; car à la différence d’une plante un animal, lui, peut se déplacer ; alors que l’Homme, doté de la pensée -donc doué de raison- domine le monde du vivant.

Le but suprême des réincarnations successives est d’atteindre le « Nirvâna » et donc être libéré du « Samsara ». Ainsi détaché du monde et des désirs qui nous emprisonnent – donc du malheur – on se retrouve dans un état de paix intérieure total et permanent (et sans prise de drogue, c’est stupéfiant !).

Mais cet état d’illumination, dit aussi de “paix suprême”, n’est en fait pas un paradis où l’on vivrait après la mort ! Il est plutôt, comme l’explique Olivier Raurich, la « fin de la croyance en un égo autonome et permanent ».

En cherchant à atteindre le Nirvâna, « on cherche donc à enlever la racine profonde à l’origine du mal et de la souffrance, à savoir la fixation sur l’idée fausse d’un “moi” et sur la représentation de soi-même » !

Selon les hindouistes (et bouddhistes en suivant), toutes les idées qu’on a de soi-même ne sont simplement que des idées, des choses qui évoluent en fonctions des circonstances, car tout n’est qu’impermanence. « Si on lâche prise de notre identité ordinaire, on perd les nuages mais on gagne le ciel » ! Ainsi donc, en lâchant les nuages qui assombrissent notre existence, on découvre un ciel bleu infini et un soleil incroyablement rayonnant. « Dans la vie, on croit qu’on a perdu en lâchant prise, mais en réalité on se sent étonnamment bien et soulagé, car on cesse d’être en lutte contre une idée obsédante ».

Selon lui, la pratique régulière de la méditation permet ce « lâcher prise » et ainsi de rentrer dans une « dimension de libération et de sérénité, qui nous donne la possibilité d’accéder à une dimension plus vaste de nous-même »…

Mais bon, comme beaucoup de choses, c’est plus facile à dire qu’à faire !

Tirta Empul temple 5

 

Si dans beaucoup de cultures, y compris européenne, la Svastika est considérée comme un symbole « porte-bonheur », c’est à la sortie de la première guerre mondiale en Europe que son utilisation est un peu partie en coui COqUILLettES. Un jeune Autrichien désabusé d’avoir été refusé à l’Académie des Beaux-Arts et au cœur noirci de haine après la défaite humiliante de son pays, cet ancien soldat couronné de la Croix de fer se lance alors en politique et prend la tête du Parti National Socialiste des Travailleurs Allemands. Il utilisera la dite croix gammée pour en faire l’emblème officiel du parti nazi (et pas “goreng” celui-là…) en 1920, l’ayant ainsi détournée de son sens original.

Je dis bien « sens », car à la différence de la croix gammée nazie, la Svastika hindoue « dextrogyre » (tourne à droite, dans le sens des aiguilles d’une montre) est représentée verticalement, alors que la croix gammée du 3ème Reich est inclinée à gauche…

Donc, lors de votre séjour en Asie, ne soyez pas choqués par l’omniprésence de la croix gammée, à fortiori dans les édifices religieux…

 

Retour au Sommaire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*