Poulet Basquaise (à l’aise…)

Août, un dimanche à 13h…

A l’abris du soleil sous les pins, alors que les plus jeunes reviennent d’une matiné surf à l’océan et que les moins jeunes émergent, la bouche encore pateuse et la trace de l’oreiller sur la joue, d’une soirée-qui-s’est-terminée-à-pas-d’heure, tout le petit monde se retrouve assis de la grande table familiale.
Grand-mère, dans son tablier à rayures (de chez Artiga, que les 800 lavages ont à peine terni), dresse les couverts, aidée par le petit dernier, trop fier de porter les verres à moutarde-ceux qui ont l’âge marqué au fond. Le pas rendu incertain par un encombrant plat, le grand père sort de la cuisine, portant fièrement la grosse poele. La tête masquée par les vapeurs délicieusement odorantes qui émanent du plat, on devine alors un petit rictus gourmant qui se dessine le long de son visage patiné par le temps.

 

 

Pour une fois, voici une recette pas trop exotique puisqu’elle sent bon le terroir français (parfaitement)!
En direct du Sud Ouest, la patrie du bon manger, voici donc ma recette du Poulet Basquaise !

ça va me prendre combien de temps ?
40 minutes

J’ai besoin de quoi, pour 6 personnes ?
1 Poulet landais (ou sinon : 2 cuisses et 4 escalopes)
2 Poivrons rouges
2 Poivrons verts
2 Boites de pulpe de Tomates
2 gros oignons blanc
2 gousses d’Ail
Sel et Poivre
3 morceaux de Sucre

“Et maintenant, que vais-je faire” ?

Dans une poele, faire dorer le poulet avec un peu d’huile d’olive.

Pendant ce temps là, couper en lamelles les poivrons (et bien sûr, enlever les pépins).
Emincez aussi les oignons.
Puis les ajouter au poulet.

Une fois les oignons et les poivrons réduits, ajouter la boite de pulpe de tomate, ainsi que l’aïl pressé, du sel et du poivre.

Laisser mijoter et ajouter les morceaux de sucre.

Puis laisser encore mijoter à feu doux, afin de garder le poulet au chaud dans la sauce…

Servir avec riz.

 

Retour au sommaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*